APPEL A SOUTIEN !!!
On vous invite souvent à participer à nos fêtes...
Aujourd'hui participez à notre lutte !
 
SOUTENEZ LE 13 IMPASSE
SOLIDARITE AVEC DIMI !!

LA PREFECTURE VEUT EXPULSER UN MINEUR !!!

Il s’apelle Dieu-merci (Dimi), il a 15 ans, il vit au 13 depuis 4 mois, il est timide, réservé, il aime jouer au foot, faire du vélo et surtout étudier. Accessoirement il a la peau noire. Ce mardi matin à 10h, au cours d’une audition libre dans les locaux de la police aux frontières (PAF), Dieu-merci a été mis en garde à vue puis placé au Centre de Rétention Administratif de Cornebarrieu. Si on ne fait rien demain, la préfecture va envoyer un enfant orphelin dans un pays où il n’a aucun lien!! Ce n’est ni le premier ni le dernier mineur isolé à subir l’acharnement de l’administration française : maltraitance psychologique, mise à la rue...
NE LES LAISSONS PAS FAIRE !

RENDEZ VOUS À 13h00 DEMAIN
devant le Tribunal de Grandes Instances de Toulouse
 Métro palais de Justice (audience à 14h00)


TOUTES ET TOUS AU TRIBUNAL DEMAIN JEUDI À 13H POUR RÉCLAMER JUSTICE POUR DIEU-MERCI ET FAIRE PRESSION DE TOUTES NOS FORCES SUR LE POUVOIR JUDICIAIRE !
LIBERTÉ POUR LES MINEUR.E.S DE TOUTES LES COULEURS !
DÉFENDONS LE DROIT DE TOUS LES ENFANTS À ÊTRE PROTÉGÉS !

L’histoire de Dieu-Merci :

Dieu-Merci naît le 10 Septembre 2002 au Congo (RDC). Son père l’abandonne, sa mère meurt, il est recueilli par ce qui lui reste de famille en Angola* puis mis à la porte. Il parvient à contacter une amie d’enfance de sa mère qui vit en France. Elle vient, lui trouve un faux passeport angolais, avec une fausse date de naissance pour qu’il ait l’air majeur et obtienne un visa, puis elle le ramène chez elle, à côté de Toulouse. Au bout de 6 mois, le mari de cette femme le chasse de la maison. De nouveau orphelin, perdu, hagard, naïf, Dieu Merci est allé trouver des policiers et de fil en aiguille s’est retrouvé au DDAOMIE*, centre départemental en amont de l’aide sociale à l’enfance, qui conclut bien trop souvent à la majorité des jeunes étrangers qu’ils sont chargés d’évaluer.

Dieu-Merci a demandé en juin à la Haute Garonne de le protéger, de le prendre en charge, de lui trouver un foyer et une école en tant que mineur isolé étranger. Il a rencontré la juge pour enfant et lui a raconté son histoire. Quatre mois à attendre des nouvelles. C’est long quand on ne parle pas français, qu’on ne connaît personne et qu’on ne sait même pas se faire à manger tout seul. Heureusement pour lui, pendant ces quatre mois, grâce à la solidarité du collectif Autonomie, il a trouvé une avocate, un hébergement, des amis, pris des cours de français et de math, il a même trouvé un collège prêt à le scolariser en classe de 3ème !

Dans le cadre de l’enquête complémentaire demandée par la juge pour enfant par rapport à la procédure en cours devant statuer sur sa minorité, Dieu-merci a été convoqué mardi matin à la police aux frontières (PAF) pour donner ses empreintes et faire une photo biométrique. Il devait ensuite se rendre à Rangueil pour faire un test osseux*. Malgré sa présentation en audition libre*, malgré la connaissance de son parcours et de l’existence d’une photocopie de faux passeport par le Tribunal pour enfants, malgré la possession d’un acte de naissance authentifié Dieu Merci a été mis en garde à vue ! Profitant de l’avoir sous la main et puisque son visa le désigne majeur, la préfecture court-circuite la procédure de demande de prise en charge et ordonne une Obligation de quitter le territoire français (OQTF) sous 48h. Quelle raison d’État motive cette urgence soudaine ? À 18h, Dieu Merci a été transféré au Centre de Rétention Administratif (CRA), petite prison pour migrant.e.s situé à Cornebarrieu, contre les pistes de l’aéroport (ça facilite les procédures d’expulsion). On parvient enfin à l’avoir au téléphone. Notre fragile Dieu Merci est en larme, il ne comprend rien à ce qui lui arrive...

Ce Jeudi, à 14h00 ce sera au juge des libertés et des détentions de décider du sort de Dieu-Merci : l’expulser dans un pays qui n’est pas le sien ou laisser la procédure du juge des enfants aller à son terme. Nous qui partageons son quotidien depuis plus de quatre mois, qui l’avons vu sortir du fond de l’abîme où il était, s’accrocher, se prendre en main petit à petit, aller tous les jours à ses cours de français où qu’ils soient, faire d’énorme progrès, nous ne donnons pas cher de sa peau s’il doit tout reprendre à zéro dans un pays étranger. Il a 15 ans, c’est un grand garçon, mais dans sa tête : C’EST UN ENFANT !!!

*l’Angola est un pays voisin du Congo

*DDAOMIE : Dispositif départemental de l’accueil, d’évaluation et d’orientation des mineurs isolés étrangers

*un test osseux c’est l’étude, à l’aide d’une radiographie du poignet et de la main, des cartilages responsables de la croissance en longueur et de leur ossification. Ça permettrait soi disant de déterminer où en est un individu du point de vue de sa croissance et donc de pouvoir lui donner son âge. Sauf que c’est scientifiquement incomplet et peu fiable.

*À une audience libre on est entendu librement, sans garde à vue !


Les habitant.e.s des jardins du 13 et les jeunes du collectif Autonomie